Je tiens tout d’abord à remercier mes parents pour m’avoir transmis le goût de la lecture.

Bon au départ, soyons honnête, lire des livres était avant tout une obligation. En effet, à partir de 7 ans, mon frère et moi devions lire au moins 30 minutes avant de rejoindre Morphée. Mais finalement cela n’a pas été aussi traumatisant que vous pourriez le penser, bien au contraire. Ce moment est rapidement devenu synonyme de fin de journée, de calme et de rêveries. Pas de télé, c’était à mes méninges de s’activer et de me faire oublier les tracas de la journée.

Et je me souviens encore de nos sorties « bibliothèques ».

Chaque samedi matin, nous partions en famille et à vélo, remplir nos sacs de romans et BD. Je prenais un réel plaisir à déambuler dans les rayons de livres de science-fiction, me laissant guider par un titre original, une couverture attrayante, sans vraiment en lire le speech. J’avais de toute façon au moins une chance sur cinq de faire une belle découverte.

Aujourd’hui encore, je reste fidèle à cette ancienne habitude et rejoins régulièrement une petite place rennaise où sont installés des petits brocanteurs et où je peux chiner des vieux bouquins à moins de 5€. J’ai donc toujours un livre dans mon sac à main pour m’occuper intelligemment dans les transports.

Pour moi la lecture représente un moment d’évasion, de voyage et de laisser-aller pendant lequel on stimule notre imagination. C’est un moment pour soi, on lit à notre rythme, on arrête et reprend quand cela nous chante, bref on déguste cet instant de pur égoïsme qui fait du bien. Je tenais donc à citer le très célèbre Georges R.R Martin (avis à tous les fanas de GOT) qui a très justement rappelé qu’un lecteur vit mille vies avant de mourir et que celui qui ne lit pas n’en vit qu’une. À méditer.

Au niveau de mes préférences, je suis particulièrement friande de science fiction.

Je pense d’ailleurs qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise lecture. On ne devient pas plus intelligent en préférant les textes de grands philosophes adeptes de longues métaphores à des romans pour adolescents passionnés de conquête spatiale. Mon expérience me pousse à croire que le simple fait de se plonger dans un livre et de ne pas vouloir en sortir est ce qui nous éveille et nous rend plus curieux et attentif.

En effet, ce qui anime un texte et le fait vivre c’est la manière dont on prête attention à chaque mot, à chaque détail. C’est donc ce qu’on crée en nous pendant la lecture qui est intéressant, et le recul que l’on peut prendre sur son contenu. Quand on lit, on s’identifie à des personnages, on apprécie certains univers plus que d’autres, certaines manières d’écrire aussi. Indirectement, on apprend donc sur soi.

De mon côté par exemple, lire de la science-fiction m’aide à penser de manière plus créative et m’a rendu plus attentive et polyvalente.

Je croise beaucoup plus d’informations qu’avant, car dans la science-fiction, il n’y pas qu’une réalité, mais plusieurs, qui coexistent parfois en parallèle. Je pense donc que ce type de livre m’a permis d’être plus connectée à mon environnement et à mes intuitions et à être également plus ouverte aux nouvelles rencontres, aux nouveaux projets, aux nouveaux défis. Au niveau professionnel, je cherche désormais des métiers qui me demandent de la polyvalence et de la coordination, pour croiser mes compétences et multiplier les tâches et interlocuteurs, et vivre plusieurs journées en une.

La lecture est enrichissante, et je vous encourage à lui consacrer un peu plus de temps chaque jour et si vous manquer d’inspiration, je vous présenterai des oeuvres chaque mois dans d’autres articles.

(Visité 47 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *